Le coup de l’auge

Cet article présente la réalisation d’une auge en pierre reconstituée.
A l’heure d’aujourd’hui je me demande encore pourquoi j’ai fais ça. Je vois pas.Enfin l’auge est née, elle est bien là, posée sur l’établi, et peut-être pour un bout de temps.

auge-pierre-reconstituee-finie

Auge en pierre reconstituée

 

Choix de la forme

Si on tape « auge en pierre » dans Google-image, il y en a vraiment de toutes les formes et de toutes les tailles, un peu comme dans la chanson de Pierre Perret.

auge autre types

Autres types d’auges

J’ai opté pour une forme assez haute, simple, parallélépipédique. Mais entre la forme qu’on a en tête et le passage à la pratique il faut pas mal cogiter.

 

L’armature métallique

Je me suis dit que mon point de départ allait être l’armature métallique. Une fois qu’elle serait faite, je calculerai les dimensions du coffrage pour qu’il soit parfaitement positionné.
Donc, un carton : si vous en trouvez un qui correspond à la forme que vous visez, bingo. Il faut néanmoins se représenter l’épaisseur des parois, du fond etc… c’est là que je dis il faut cogiter, le carton ne représente pas la forme exacte de l’auge à venir mais seulement celle de l’armature interne.

Je n’étais pas satisfait des mes cartons, alors j’en ai fait un à la bonne dimension.

auge-pierre-reconstituee-gabarit

Gabarit en carton pour l’armature de l’auge

Ensuite j’applique un grillage dessus. Je le consolide avec des tiges en métal que je glisse entre les mailles du grillage, avec des angles faits à la pince multiprise.

auge-pierre-reconstituee-armature

L’armature faite de grillage et de tiges métalliques

Je consolide le tout avec du fil de fer, j’accroche bien le grillage sur les tiges.

auge vue en coupe

Vue en coupe de l’auge avec l’armature

Maintenant je vais me consacrer au coffrage, j’enlèverai le carton au dernier moment pour ne pas risquer de déformer l’armature.

La question de savoir s’il est nécessaire de faire une armature m’est venue qu’après !
Est-il nécessaire d’armer l’auge comme on le fait pour du béton armé ?
Réponse : je ne sais pas.
C’est mon instinct et mon bon sens paysan qui ont dû me conseiller, mais quand on voit la forme de l’auge finale, son épaisseur, ses proportions, je pense qu’il n’y avait pas trop de risque de casse.

 

Le coffrage de l’auge

Maintenant je peux calculer exactement la taille du coffrage en fonction de l’armature.

auge dimensions

Dimensions de l’auge

Le coffrage extérieur

Facile : 4 planches de récupération, scie-circulaire, marteau, pointes, ça donne ça.

auge-pierre-reconstituee-coffrage-debut

Coffrage externe de l’auge

Sur les parois internes je colle un tissu, en fait ce sont des serpillières neuves. J’espère ainsi donner un état de surface pas trop lisse à l’auge, quelque chose de plus granuleux.
J’ai mis aussi, de petites baguettes dans les coins pour ne pas avoir des angles à 90°, mais plutôt des chanfreins.

auge-pierre-reconstituee-coffrage-externe

Tissu collé à l’intérieur du coffrage

On note que les 4 planches des côtés sont pointées ensemble, et simplement posées sur une plaque de mélaminé : des cales pointées sur la plaque pour le maintient lors du coulage.
Par la suite je regretterai de n’avoir pas fixé les côtés sur le socle …

Le coffrage intérieur

Là, plus difficile, il faut bien prévoir la forme des angles. Autant il est facile de supprimer de la matière une fois l’auge démoulée par exemple pour adoucir les angles extérieurs, autant il est impossible d’en remettre là où on en a oublié par exemple pour biseauter les angles internes. A méditer.

Coffrage interne pour le moulage de l'auge en pierre reconstituée

Coffrage interne pour le moulage de l’auge

auge-pierre-reconstituee-preparation

Tissu pour donner un aspect granuleux à l’auge

 

Répétition générale

Positionnement de tous les éléments pour limiter les imprévus.

auge-pierre-reconstituee-coffrage

Coffrage et armature avant le coulage de l’auge

Sur la photo on voit l’armature, je vérifie qu’elle ne touchera potentiellement aucune paroi.
Le coffrage interne est suspendu à 2 tasseaux : je fais une marque sur les tasseaux pour qu’au moment du coulage je n’aie pas à réfléchir au positionnement.

Notez aussi la cordelette tout autour du coffrage : vous faites 2 tours et nouez les 2 bouts avec un double noeud. Ensuite vous passez un petit bout de bois entre les 2 brins et vous entortillez. Cela permet de serrer très efficacement l’ensemble, de resserrer à tout moment si la corde se détend. Sur les anciennes scies à bois, c’était ce principe qui servait pour tendre la lame.

 

La recette magique de cette pierre reconstituée

Ben j’ai cherché sur internet, on trouve différents sites qui proposent des proportions plus ou moins proches. J’ai fait la moyenne à peu près, ce qui donne en proportion :

  • 11 volumes de poudre de pierre
  • 4 volumes de chaux
  • 1 volume de ciment blanc

Calcul

Je prends les cotes de l’espace à remplir, je fais le calcul et je trouve 43 dm³ !
43 litres donc. Cela me paraît énorme. En packs d’eau minérale, c’est presque 5 packs de 6 bouteilles d’1,5L ! Dingue. Je refais les calculs et …. pareil.

Comme je ne suis pas quelqu’un de rationnel je vais avoir tendance à minimiser les doses.

Grave erreur qui va me coûter cher ! Non seulement le volume était bien de 43 litres, mais au final, c’est 60 dm³ de mélange de poudre qu’il me faudra, car avec l’eau, la poudre perd nettement du volume. A 2 reprises, il me faudra re-préparer du mélange en plein coulage ! Pas bien.

Donc si je devais donner un conseil ce serait :
=> faites confiance à vos calculs de volume et rajoutez 50% pour obtenir le volume de mélange de poudre à préparer
.

 

Coulage de l’auge, c’est parti !

Je mélange les différents ingrédients selon les proportions indiquées.

auge-pierre-reconstituee-melange

Mélange poudre de pierre, chaux et ciment

j’ajoute de l’eau, je gâche, je touille je brasse et je coule le tout dans le coffrage.

auge-pierre-reconstituee-coulage

Ne pas hésiter à se faire aider

Hormis le fait que j’ai dû m’y reprendre à 3 fois pour remplir le coffrage, ça se passe plutôt bien. J’avais la hantise de laisser une grosse bulle d’air sous le coffrage interne, aussi j’avais pratiqué plein de petits trous au fond avec une pointe pour permettre à l’air de sortir.
De toute façon, au début du coulage, avant d’attaquer les parois, il n’y a rien dans le coffrage ; c’est quand j’en ai 7 ou 8 centimètres que j’enfonce l’armature dans la pâte, j’essaie de viser la moitié de l’épaisseur du fond, puis je mets le coffrage interne. J’appuie pour que les tasseaux finissent par toucher les planches du coffrage externe. Je soulève le coffrage interne pour voir comment ça réagit, si il n’y a pas des bulles, des trous, en fait non : c’est bien lisse. Je suis content, je repositionne le coffrage interne et cette fois je pointe carrément les tasseaux sur les planches du coffrage externe comme on peut le voir sur la photo. Sage précaution.

auge-pierre-reconstituee-coulage2

Gros plan sur le coulage

Enfin je coule les parois.
Je tape à coup de marteau sur les planches externes, internes, je secoue l’ensemble autant que je peux, pour faire descendre la préparation au maximum et ne pas laisser de trous.

Je tape abondamment sans me soucier de quoi que ce soit. Mais la masse de pâte exerce une force importante qui vise à expulser le coffrage interne et à soulever le coffrage externe. Bref il était temps que j’arrête.

auge-pierre-reconstituee-efforts2

Les tasseaux soumis à une forte pression

auge-pierre-reconstituee-efforts

La masse de préparation soulève le coffrage

 

Décoffrage

Je laisse sécher quelques jours et puis, faut y aller.

auge-pierre-reconstituee-decoffrage-externe

Décoffrage de l’auge

Les parois externes d’abord, c’est le plus facile. Et là, bonne surprise, pas de gros trous, pas de bulles, l’état de surface est bon.
Pour enlever le coffrage interne, j’en ai bavé. J’ai même ébréché le bord en haut, on le voit sur la photo finish. Le truc ce serait peut-être de ne pas faire des parois verticales à l’intérieur, mais légèrement inclinées pour pouvoir les retirer plus facilement.

J’ai pu constater qu’à  ce stade, la pierre est friable, ce serait même le bon moment pour faire des retouches à moindre effort, par exemple raboter les angles du haut. Je ne peux pas le certifier, il faudrait que je fasse d’autres expériences, mais j’ai l’impression qu’il faut plusieurs semaines pour obtenir une pierre dure, un vrai calcaire.

Autre constatation, elle retient l’eau. L’auge n’est pas poreuse. Après ce mois d’Octobre et Novembre pluvieux, j’ai 10 cm d’eau à l’intérieur.

Avant que je fasse un trou au fond pour faire un bac à fleur, elle pourra servir d’aquarium, l’été pour faire prendre l’air à mes poissons rouges …